Nous sommes tous très anxieux

vogue1-604x400

Six thèses sur l’anxiété et sur les raisons pour lesquelles elle constitue réellement une entrave au militantisme, et une stratégie possible Continue reading »

Posted in activism, Datalove, English into French translation, politics and geopolitics, published translations

Ditch Plains

Annie Godfrey Larmon

Un danseur va et vient silencieusement dans le couloir feutré d’un hôtel Marriott, pressant son corps contre les murs, contre l’encadrement des portes et contre la caméra qui capture ses mouvements. Il transpire. L’intensité des néons du couloir étouffe le fond sonore, un morceau de jazz aux accents rauques. Il découvre une chambre ouverte où, dans l’obscurité, une silhouette tortueuse se contorsionne avec angoisse sur un lit défait ; le blanc de ses yeux brille, menaçant, à travers la vision nocturne de la caméra. Des corps dispersés sur le sol et affalés sur des chaises s’animent soudainement, pris d’une certaine apathie ; leurs mouvements mécaniques sont dirigés vers des voix imaginaires émanant de téléphones portables hors-service.

Un peu plus tard, des écrans de portables cassés s’exaltent telle une symphonie discordante dans les rues quasi-désertes de East New York. Les messages vidéo enregistrés forment une membrane imperméable aux catastrophes naturelles qui semblent avoir balayé toute forme de vie humaine dans Ditch Plains, le ballet de rue dystopique (de 29 minutes) de la réalisatrice et artiste allemande Loretta Fahrenholz. L’un d’entre eux demande : « S’il y a quelqu’un ici – n’importe qui – si vous pouvez m’entendre – je veux juste vous dire, qui que vous soyez putain, que je vous aime. Je vous aime, adieu. Ceci est un enregistrement. »

(Vous trouverez la suite de ma traduction dans le numéro 12 de la revue May)

Posted in arts and cultures, CV, English into French translation, published translations

De l’origine et du sens des mots Maidan et Euromaidan

Euromaidan-on-Instagram

L’idée d’écrire un billet sur les mots « maidan » et « Euromaidan » m’est venue en lisant l’article de Timothy Snyder, Fascism, Russia and Ukraine, et plus spécifiquement à la lecture de ce passage : Continue reading »

Posted in Blogging, Datalove, linguistics, politics and geopolitics

The daily findings of a freelance translator

One nation under CCTV, 2008 mural removed (painted over) in 2009.

One nation under CCTV, 2008 mural removed (painted over) in 2009.

I was working on a translation project when I stumbled upon those few words that were said on the 4th of April 2001, in the European parliament in Strasbourg, through the multilingual terminology search engine Linguee. Continue reading »

Posted in Blogging, Datalove, The daily findings of a freelance translator

Traducteurs du monde entier, unissez-vous !

protest-1

Une interview de Lucas Klein par Patty Nash, publiée sur le site Asymptote

Le 22 janvier, le traducteur Lucas Klein a publié Translation & Translation Studies as a Social Movement, en réponse à une critique publiée sur Los Angeles Review of Books à propos du roman de Mo Yan, Sandlewood Death, dans laquelle le traducteur Howard Goldblatt n’était que brièvement mentionné. Le billet devint viral, et à juste titre : la fâcheuse critique de Xiao Jiwei est symptomatique de la tendance prédominante qui consiste à rendre les traducteurs invisibles –une propension qui selon Klein, fait non seulement du mal aux traducteurs, mais également à la qualité des traductions et à la profession de critique littéraire. La solution ? Les traducteurs doivent s’organiser –demander à être traités avec respect à l’égard du rôle qu’ils jouent dans l’organisation du monde. Une interview avec Asymptote.

Le marché anglophone est notoirement connu pour ne publier qu’un faible nombre de traductions. Pour couronner le tout, vous dites que la valeur du travail des traducteurs n’est pas suffisamment reconnue. À quel endroit –et de quelle manière– le marché rend-il le traducteur invisible ?

Il y a quelques années de cela, une de mes connaissance a lu L’Amour au Temps du Choléra, et m’a fait remarquer à quel point elle était soulagée de lire une œuvre écrite en anglais par Gabriel García Márquez. Non seulement elle n’avait aucune idée du fait que la qualité de l’écriture était imputable à Edith Grossman, mais elle était parvenue à se convaincre qu’il était impossible qu’une telle qualité puisse rimer avec traduction. Continue reading »

Posted in activism, Datalove, English into French translation, published translations

Swedish Greys - a WordPress theme from Nordic Themepark.

Top